critiques

La SAT a présenté Intérieur, la toute première création conçue pour ce nouveau théâtre immersif avec projections panoramiques sur 360 degrés et son spatialisé en 3D. C'est au duo kondition pluriel, formé de Marie-Claude Poulin et de Martin Kusch, qu'est revenu l'honneur d'inaugurer la salle… Intérieur nous entraîne dans une plongée en apnée dans un monde intra-utérin… Les humains sur la scène ne peuvent concurrencer avec l'immensité des projections immersives. Alors, ils deviennent judicieusement le point de départ : cri, pleurs, éclats de rire, paroles avortées, auxquels répond symboliquement l'environnement visuel. Images fracturées, des mains qui tentent de pénétrer la membrane, des coulées de sang, des forêts inquiétantes. Tout n'est qu'impressions, que suggestions… ...Ce premier spectacle dans la Satosphère a quelque chose d'agréablement déroutant et de rassembleur.

Stéphanie Brody, La presse, Plongée en apnée dans l'Intérieur à la Satosphère, Collaboration spéciale 13 octobre 2011

----

..La Mecque des arts technologiques met au monde sa Satosphère, à travers l’expérience du spectacle Intérieur. Ici, l’objectif est atteint: tous les sens sont stimulés, comme poussés à la limite par ce courant techno-artistique…personne ne peut rester indifférent devant une telle expérience des sens… Alors qu’il peut se sentir replié sur lui-même, comme interné dans une scène, la projection suivante est capable d'amener l'auditeur à des hauteurs infinies. Ici, qu’on se le tienne pour dit: aucune limite n’est infranchissable pour interpeller le public...

Marine Anaïs, Nightlife.CA, Canada, Inauguration de la Satosphère: Sensations parallèles à bord de la sphere du futur, 14 octobre 2011

----

Le spectacle d'inauguration, intitulé "intérieur", une création de kondition pluriel, animée par Marie-Claude Poulin et Martin Kusch, confrontait une imagerie visuelle très techno à une performance humaine très physique, fragile, désenchantée et émotive. Le spectacle était agrémentée d'une experience gustative aussi sensuelle qu'inattendue, due au Foodlab de la SAT. Voilà une oeuvre d'art numérique très convaincante.

Hervé Fisher, Observatoire International du Numérique, Blog de Hervé Fisher, 13 octobre 2011